Des agriculteurs des quatre régions du Parc se sont retrouvés à l’occasion des rencontres agricoles du parc le 12 mars à Nierivue. Ils ont notamment abordé la question des médecines alternatives pour le bétail, démontrant l’expérience intéressante déjà acquise par certains de nos éleveurs dans ce domaine. 

Laura Papaux, agricultrice à Cerniat et enseignant la production animale à l’IAG, Institut Agricole de Grangeneuve, a tout d’abord introduit le sujet et plus particulièrement la pratique de l’homéopathie, qu’elle pratique depuis environ 4 ans sur son bétail. Elle a insisté sur le fait qu’il faut beaucoup observer ses animaux, leur comportement pour savoir quoi leur administrer, de même que sur l’importance de se renseigner et de faire ses propres expériences. Elle présente quelques livres de référence et conseille aux débutants de commencer par essayer de soigner une pathologie à la fois. Il est important d’échanger avec d’autres agriculteurs qui ont parfois une longue expérience dans la pratique de l’homéopathie, notamment dans la Jogne, l’Intyamon et le Pays-d’Enhaut. Rapidement, elle a pu observer que ses animaux étaient plus sociables, qu’il était plus facile de les soigner qu’avec les antibiotiques où ils ont souvent peur de la piqûre et paniquent. Elle ajoute qu’elle a également diminué ses frais vétérinaires depuis qu’elle pratique l’homéopathie. Le bilan peut se faire seulement après quelques années, il faut être patient. Claudine Rime, également agricultrice dans la Jogne, conseille de commencer par soigner de petites choses et souligne qu’il ne faut pas hésiter à appeler le vétérinaire pour se rassurer. De son côté, elle note tout ce qu’elle administre, observe, elle a également moins de frais pour les soins depuis qu’elle pratique l’homéopathie.

Nicolas Henchoz, agriculteur à Château-d’Oex, partage également son expérience, il utilise l’homéopathie sur son bétail depuis 25 ans. Après des années d’échanges un groupe d’agriculteurs et agricultrices expérimentés est en train de se former au Pays-d’Enhaut avec le soutien de la vulgarisation agricole (Prométerre) : il organisera trois journées de formation et échanges par hiver avec la participation active d’une vétérinaire du Jura Bernois spécialiste de l’homéopathie, auprès de laquelle les participants pourront également faire appel. Conséquence des liens tissés au sein du parc naturel régional : ce groupe formé d’une bonne vingtaine de personnes comprend un tiers de membres provenant de la partie fribourgeoise du parc. 

Vincent Grangier, agriculteur à Montbovon, pratique également l’homéopathie, mais il présente plus particulièrement le projet sur la réduction des antibiotiques mené par l’IAG de Grangeneuve. En effet, même si la Suisse est déjà particulièrement restrictive sur l’usage des antibiotiques dans l’élevage, il n’en demeure pas moins que l’usage des antibiotiques et l’antibiorésistance revêtent une importance capitale pour l’agriculture. Plusieurs démarches réunissent l’agriculture et les vétérinaires pour promouvoir la santé des animaux de rente tout en réduisant l’usage d’antibiotiques. Vincent Grangier encourage aussi les agriculteurs qui ne souhaitent pas se lancer dans les médecines complémentaires à participer au projet de l’IAG, qui  souhaite tester avec une centaine d’agriculteurs, pendant deux ans,  différentes stratégies pour la réduction des traitements qui sont administrés au bétail.  

PARC NATUREL REGIONAL GRUYERE PAYS-D'ENHAUT

Place du Village 6 1660 Chateau-d'Œx
+41 (0) 26 924 76 93

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMATIONS SUR LES ANIMATIONS ET INSCRIPTIONS


+41 (0) 848 110 888

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NEWSLETTER